dimanche 11 mars 2007

Ils étaient 10, ils ne sont plus que 8

Mon oncle est décédé mercredi dernier, le 7 mars. C'était le frère ainé de mon père. Un homme gentil et qui s'assurait toujours que tout le monde était correct. Il avait toujours un mot pour tout le monde. Il était probablement le plus sensible de tous.
J'ai encore de la difficulté à assimiler. J'ai été au salon cet après-midi. Il était là avec un maquillage trop épais (ça fait 5 jours quand même), étendu, sans bouger. Et même à ce moment là, je ne pouvais pas concevoir la vie sans lui. C'était chez eux qu'on allait pour Noël, c'était lui qui s'assurait que personne ne manquait de rien dans les partys, c'est lui qui fournissait le camion pour le déménagement, c'est lui qui s'occupait des enfants, c'est lui qui avait toujours la meilleure blague à conter. Il ne partait jamais de chez quelqu'un sans "cruiser" ma soeur et moi.

En partant, après le repas, je me remémorais les bons moments, ou juste des moments tout court et à chaque fois, j'avais l'image du cerceuil qui me revenait en tête. Je pense que j'ai compris à quoi sert le salon funéraire aujourd'hui. Ça sert à rendre les choses plus réelles. C'est pas nécessairement plaisant.

Je vais m'ennuyer. Je sais aussi qu'il va laisser un grand trou, plus grand que ce qu'on entrevoit, probablement.

Au revoir mononcle Robert, je vais m'ennuyer de toi. Je vais penser à toi souvent.

5 commentaires:

Dame Automne a dit…

DÉsolée pour ton mononcle. Et oui, le salon funéraire est malheureusement un efficace réality check...

Rhiannon_Lunambre a dit…

Oh mes sympathies ma belle... de tout coeur je compatis.
Et tu as raison; le salon funéraire c'est un efficace truc dans un processus de deuil... mais pas plaisant, je le concède.

Lionne des Neiges a dit…

Toutes mes sympathies à toi et à ta famille. C'est jamais facile de perdre un être cher.

Rain a dit…

Mes sympathies, ce n'est jamais évident de perdre un membre de notre famille.

aigle blanche a dit…

Je me joint aux autres pour t'offrir mes sympaties. La perte d'un être, proche ou moins proche, est toujours une étape à passer. Je n'aime pas personnellement les salon funéraire. Mais ils ont effectivement une certaine utilité, voir une utilité certaine...