mercredi 8 août 2007

Découverte

Hier, mon Grognours et moi sommes partis à la cerisaie Le temps des cerises dans l'espoir de cueillir assez de cerises pour faire des confitures à mon père. C'est creux la cerisaie, dans la patelin natal de mon beau-père, à Charette, en face de St-Élie-de-Caxton, village de Fred Pellerin. faut vouloir d'y rendre. Je crois que pour bien des Montréalais endurcis, découvrir qu'il y avait autant de terres habités si loin des routes dû être un choc.
Nous partons donc un peu en retard, mais ce n'est pas si grave, on est en congé après tout. On arrive vers 13h30 pour ce faire dire qu'il ne reste plus de cerises. Plus du tout. Le verger à été nettoyé en fin de semaine par 5000 personnes. 8000 personnes se sont présentées dans les 6 jours où il y avait des fruits. 8000 personnes c'est énorme!! Sans compté les oiseaux qui réclament une bonne partie de la récolte. C'est juste normal qu'il n'y en ait plus, ce qui est surprenant c'est le succès de la première année de cueillette. Un peu déçu on se prépare à quitter le propriétaire de la cerisaie lorsque son téléphone sonne. je lui dit"on va vous laisser répondre" et lui réplique par "ah! on répond pas, toutes les infos sont sur le répondeur". Je me retourne vers mon chum et je lui sacre une bine. C'est que voyez-vous, je lui ai demandé d'appeller le matin même. Quand le répondeur c'est enclenché, il a tout simplement raccroché sans écouté le message. C'est tellement classique.
On a donc décidé de faire contre mauvaise fortune bon coeur et de profité de cet après-midi en Mauricie. Mon amour a appellé sa mère qui nous a suggéré le restaurant de l'auberge Le Baluchon qui n'était qu'à 8 km (ok Charette c'est un trou, mais une fois rendu, tout est proche). Nous nous sommes rendu juste à temps pour pouvoir manger, 5 minutes plus tard et c'était foutu. Nous avons pris un potage au poireau et au fromage de chèvre tout simplement délicieux en entrée et comme plat principale, mon Grognours a pris du foie au raisin et romarin et moi une salade de poulet et agrumes. Cette salade était succulente. Elle a remplie son destin de salade. C'était tellement bon, ça fondait dans la bouche. Comme dessert une salade de fruit, car il y avait des noix dans les deux autres choix (faut tu être malchanceux pour tomber sur le jour de la crème glacée praliné et c'est qui qui met de la noix de coco dans une tarte au citron?). C'était quand même pas pire, mais il y avait trop de melon à nos goût. Cependant! le café venait dans un bodum, ce qui réchappait tout!

On est ensuite allé voir la fameuse salle de réception dont ma belle-mère nous avait parlé, pour notre futur-mariage-pas-sur-encore-parce-que-je-n'ai-pas-eu-de-demande-officielle. C'est vraiment très beau, le décor est magnifique (pas besoin d'aller au diable-vaux-vert pour les photos) et l'église est tellement proche qu'on peut revenir en calèche si on veut. Les prix sont aussi très bien et il y a plein d'avantages pour les mariés. Mettons qu'on était pas mal emballés! J'était vraiment excitée, je pensais avoir trouvé le "spot". Sauf que St-Paulin sont en chicane avec Charette pis que ça fait ben de la peine à mon beau père qu'on ne se marie pas à l'église de Charette (8 km plus loin et moins belle). J'aurais dû m'en c****er, mais ça m'a péter ma balloune en maudit. J'aime les vieilles personnes, mais pas les vieilles mentalités. Me briser mon fun pour une chicane de clocher, c'est vraiment pas correct. J'essaie de passer par dessus, mais j'y arrive pas. Entk, on verra bien, ce n'est même pas certain qu'on fera la réception là, alors...
En sortant de la salle, il y a un Éco-café qui tient des produits écoeurant et surtout qui a un endroit pour prendre le thé génial, surtout en hiver. on y a acheté de la terrine de cerf au bleuet (sans noix, yé!), un pain de seigle frais de la place (garanti sans noix par le boulanger lui-même) et du café que j'essaierai ce soir peut-être.
Pour revenir on a pris la 138 qui longe plus le fleuve et qui est beaucoup plus panoramique que la 40. On a pris notre temps, on a acheté des cerises de Maskinongé, histoire de revenir avec au moins uen couple (mais ça goute pas pantoute la cerise et il y a autant de chair que de noyaux, mais enfin...). On est aussi arrêté chez une cultivatrice pour acheter des concombre, du maïs et des fèves jaunes. Elle avait l'air de faire ça dans un grand, grand jardin dans sa cour. C'était cool.
On a donc souper avec nos achat de la journée et c'était vraiment très hot!

4 commentaires:

Dame Automne a dit…

Wow, je suis toujours impressionnée de tous les endroits ou vous allez !
C'est vrai que c'est triste de perdre sa salle et son église pour une stupide chicane ! Surtout quand on croit avoir trouvé le spot ! J'espère que tout va bien aller et que vous allez pouvoir quand même faire un mariage à votre gout ! C'est quand VOTRE journée faut pas oublier ! Moi, le seul problème que je rencontre pour le mariage, c'est l'extrême quétainerie de mon chum! J'aime rien de ce qu'il aime comme ambiance et comme décoration... LOL ;)

aigle blanche a dit…

Bah, va voir la salle du Fourquet Fourchette à Chambly... Ça va te plaire suis certaine... Et la bouffe là bas est sublime (Moi et Shaëla on s'est mariées là)

Roshyn noire a dit…

Mon chum est allé voir, mais la salle est trop petite pour notre nombre d'invité...

On continue à chercher par contre :)

Lionne des Neiges a dit…

J'avoue que le Fourquet Fourchette est parfait pour les mariages. Moi j'étais au parterre. Mais il faut pas être beaucoup.

Mais j'ai vu sur le long du Chemin des Patriotes, des salles de réceptions assez champêtre. Peut-être que ça vaudrait le détour.